Changements de paradigme

Bon ok, le titre est un peu pompeux, mais il résume quand même pas mal les derniers changements dans lesquels je me suis lancé en préparation d’une reprise de l’écriture dans les semaines ou mois qui viennent.

Première étape : renommer ce blog.

Les statistiques depuis le changement d’adresse sont catastrophiques, l’ancien blog étant mieux référencé et drainant davantage de lecteurs par le biais des moteurs de recherche. Sans parler des liens internes qui renvoie vers ses articles et non sur la version en ligne sur celui-ci (et pas envie de tout reprendre à la main article par article). Je me suis dit également que la quadruple modification revenir à mon vrai nom/changer l’adresse du blog/changer le titre du blog/changer mon avatar a peut-être créé une confusion supplémentaire, me rendant totalement anonyme sur le web. Alors exit « Nicolas Ferreira » comme titre et retour aux basiques avec « Les Nouvelles Chroniques de Noghaard », qui conserve l’idée de renouveau entamé l’an passé. Sans pour autant effacer toute trace de ce qui s’était déroulé avant.

reborn

On verra si ça a un impact sur le retour des lecteurs. Si ce n’est pas le cas, il restera toujours la possibilité de reposter tout le nouveau contenu (soit 27 articles pour le moment en comptant celui-ci) de ce blog sur l’ancien et de l’utiliser de nouveau (il y avait environ 75 abonnés dessus, et je les ai perdu en créant ce nouveau blog donc ce ne serait peut-être pas une si mauvais idée).

À défaut, je retrouve un point d’accroche avec un univers qui m’est historiquement (hum hum…) attaché. Après tout, il me reste toujours dans les cartons la réécriture sous forme de série de La Larme Noire à reprendre. Mais c’est une autre histoire, qui se réalisera certainement après avoir mené à terme un ou deux autres projets auparavant. Pas envie d’avoir l’impression d’être monomaniaque en m’acharnant toujours sur le même texte.

Deuxième étape : changer mon rapport à l’écriture.

Là il y a un réel bouleversement (enfin je pense). La lecture d’un certain nombre d’articles de Lionel Davoust, notamment celui sur les bonnes raisons de se lancer dans le NaNoWriMo, ont lancé inconsciemment une réflexion en arrière-plan sur la discipline nécessaire pour remplir ce défi consistant à écrire un roman en un tout petit mois. Et cette discipline, c’est certainement ce qui m’a toujours fait le plus fuir dans mon rapport à l’écriture. Tout ce qui nécessite de l’organisation avait tendance à me donner des boutons, et je crois que l’écriture n’y échappait pas, notamment dans la rigueur imposée par le NaNo.

Au niveau pro, j’ai pas mal travaillé sur cette organisation pour éviter de me retrouver systématiquement dans des situations où il fallait gérer tout un tas de tâches à flux tendu. Même si c’est encore perfectible, l’utilisation de to-do-lists sous forme d’une adaptation du bullet journal m’aide bien à visualiser ce qui va être à réaliser chaque jour. C’est donc la même rigueur qu’il me faudra bientôt adopter pour l’écriture. Et accepter que mener à bien un projet nécessite des contraintes. Le terme que j’employais pour justifier que non, non, non, au grand non, le NaNo n’était pas adapté à ma vision de l’écriture. Finalement, j’en viens enfin à remettre cette vision en cause.

Et le début de cette réorganisation fut simple :

Oui ce sont tous mes carnets d’écriture, la majorité restant encore vierges, bien alignés, faciles d’accès. En quoi est-ce un changement ? Avant ils étaient posés à plat, empilés les uns sur les autres, la tranche non visible car posés dans le sens de la profondeur de l’étagère. Autrement dit, c’est comme quand on ne voit pas les livres d’une bibliothèque, on ne pense pas à en saisir un et à l’ouvrir. Restera à ajouter des étiquettes sur ceux qui sont déjà en cours de travail, pour savoir quel projet s’y développe.

Et au milieu, les tirages personnels des trois seuls récits à avoir connu une certaine fin : La Larme Noire, Esprits Racines/Par-delà l’Océan et la première époque de La Geste de Klarg le Troll. Pour toujours se souvenir du plaisir d’arriver au moins au terme d’un premier jet.

Troisième étape : écrire cet article.

Eh oui, il restait à remettre un peu d’ordre dans tout ça pour clarifier ces réflexions pas vraiment révolutionnaires, mais qui m’aident à prendre conscience de ce qui m’a finalement ralenti à de nombreux moments.

Vouloir trop changer de choses sous prétexte que cela pourrait amener un nouveau départ. Refuser de voir dans l’écriture une activité exigeante si je veux en faire autre chose qu’un simple passe-temps gentillet vers lequel je me tournerais occasionnellement.

Rien de tel que de tout coucher ici, carnet dans lequel toutes mes humeurs d’apprenti auteur se réunissent depuis des années.

Est-ce que tout cela signifierait que je vais me relancer dans le NaNo cette année, mais pour une fois sans a priori négatif ? Je ne pense pas être prêt encore.

Cependant, j’ai l’impression de n’avoir jamais été aussi proche de revenir vers l’écriture.

Publicités

Et l’Univers gagnant est…

Après 12 jours de lutte acharnée, dont une prolongation, vous avez décidé que l’univers dans lequel se tiendra Le BDVELH sera…

resultats-sondage-lebdvelh

heart-of-ice-megaraLa SF !

Pour être honnête, c’est un univers qui a de la chance car j’ai failli ne pas le mettre dans la liste du fait de n’avoir jamais vraiment écrit de texte de SF (à vrai dire, je n’en lis finalement pas tant que ça). Mais il faut croire que l’arrivée de l’Épisode VII donne envie de se lancer dedans !

Après tout, je suis le premier à déplorer qu’il n’y ait pas davantage de LDVELH de SF. C’est la remarque que je me faisais en terminant La Planète Rebelle l’an passé d’ailleurs. Et un de mes LDVELH préférés, l’excellent Heart of Ice/Cœur de Glace du non moins excellent Dave Morris, est de la SF post-apo (la couverture ci-contre est de Sébastien Brunet pour l’édition collector publiée par Megara Entertainment cette année).

Maintenant à moi de plancher sans trop tarder sur les grandes lignes d’un scénario, trouver un design sur WP.com qui fasse un peu SF (sinon faudra que je m’installe un WP auto-hébergé sur un bon vieux compte Free) et on pourra débuter l’aventure tous ensemble ! Merci à tous d’avoir voté aussi nombreux, c’est encourageant quant à l’audience potentielle de ce projet !

 

Le BDVELH : CeSeraKoiDon ?

Je l’évoquais il y a une dizaine de jours, j’ai envie de me lancer dans un nouveau projet d’écriture. Il fallait pour cela qu’il réponde à plusieurs impératifs :

  • déjà, me permettre de reprendre contact avec l’écriture, contact qui s’est amenuisé progressivement avant de devenir inexistant au cours des 12 derniers mois ;
  • me pousser à ce que ce retour à l’écriture s’accompagne d’un minimum de régularité et de spontanéité ;
  • être en lien avec les LDVELH mais sans que m’enferme dans un projet d’une ampleur si considérable qu’elle finisse par l’étouffer.

J’ai repensé à l’époque où je tenais plusieurs blogs, dont un intitulé Esquisses Littéraires, dans lequel j’écrivais des récits dont je postais au jour le jour les avancées. Les lecteurs y ont par exemple découvert en temps réel la nouvelle An Anaon au fil de son écriture.

Et puis, ces dernières semaines, j’ai découvert sur Facebook La Geste, une BD en ligne proposée par Marc-Henry Debidour où le héros explore un donjon aux pièges multiples. Et ce sont les lecteurs qui décident du destin du héros en votant entre les alternatives proposées. Je me suis vite pris au jeu et j’avoue attendre désormais chaque nouvelle planche avec une certaine impatience (n’hésitez pas à vous inscrire à la page si vous avez un compte sur FB ou à suivre les avancées de l’aventure sur le blog de Marc-Henry).

IMG_20131101_145523Tout ceci a fait écho à un projet qui me trottait en tête depuis pas mal de temps déjà mais pour lequel je n’arrivais pas à me décider quant à la forme que je souhaitais lui donner. En mettant dans le shaker de l’inspiration les ingrédients ci-dessus, le BDVELH est né.

Ceux qui sont allés faire un tour sur le blog dédié l’ont certainement remarqué, Le BDVELH signifie Le Blog Dont VOUS Êtes Les Héros. Oui LES Héros. Puisque c’est vous qui voterez pour donner une suite à l’aventure que je vous proposerai d’ici peu.

Et d’ailleurs, ça commence dès maintenant puisque je vous offre la possibilité de voter pour l’univers dans lequel se déroulera l’aventure ! Les votes sont ouverts jusqu’au mercredi 25 novembre.

Ça ressemble à quoi ma p’tite dame ?

Hum hum… 10 jours, un bon tiers de NaNo écoulé et quel bilan ? Un changement de projet que je ne débute qu’aujourd’hui. Il suffit de voir le compteur que je viens d’ajouter à droite 138 mots à cette heure. Ça en fait combien de retard ? Je crois que dans ces proportions, cela n’a plus grande importance d’en tenir le compte.

Bref la cata pour m’en tenir à l’objectif fixé. Nouvelle barre à 15 000 mots, ce sera déjà pas mal vu mon rythme d’écriture depuis trois-quatre ans. Retour à mes premières amours, Fantasy, peut-être même en Noghaard. Envie d’une narration différente de ce que j’ai pu faire jusqu’à présent. L’idée est là, globalement, et je me lance enfin dans sa concrétisation. Une novella au bout du tunnel donc. Nom de code pour le moment : Projet Karma. On verra ce que je vais en sortir.

À suivre…

Mème de l’écriture n°21 : Synopsis et Cie

Le mème de l’écriture, saison 2011, ça continue !

Question du jour :

n°21 : Êtes-vous du genre à partir d’une idée, écrire, et prévoir le scénario en chemin, ou à tout planifier avant de commencer l’écriture, même si par la suite vous devez dévier de votre synopsis ?

meme21.jpg

Tout planifier avant l’écriture, jusqu’à présent je n’ai jamais su le faire. Non pas que l’idée me déplaise, mais je sais bien que je ne parviendrai pas à me tenir à ce planning anticipé. Pour la même raison, je n’ai pour le moment pas écrit un seul récit où un synopsis quasi complet avait été réalisé au préalable.

Par contre, il m’arrive d’écrire des mini-synopsis, rarement détaillés, quand je bloque pendant trop longtemps sur un passage. Souvent, ils correspondent à des demi-chapitres et n’en tracent que les très grandes lignes. Par exemple, pour conclure la Larme Noire, c’est l’écriture d’un court plan de ce que je voulais mettre qui m’a offert un fil rouge tout fin, mais suffisant pour me sortir de l’impasse et reprendre de la vitesse. Une fois ces quelques idées en place, plus rien n’a pu m’arrêter jusqu’au mot FIN.

Certes, ces moments sont rares et la plupart du temps, je pars bille en tête, en m’exposant à la panne sèche en cours d’écriture (et elle est un peu trop fréquente comme vous le savez). Mais parfois, les personnages se montrent coopératifs et me montrent eux-mêmes la voie à suivre pour les guider au travers de leurs aventures. 

Forcément, à chaque fois que je me retrouve face à ma page obstinément blanche en plein milieu d’un récit, vous vous imaginez bien que je me balance du « plus jamais ça », que je me montre plein de bonnes résolutions, prêt à passer autant de temps à rédiger le synopsis, les fiches de personnages, à me documenter et à brainstormer jusqu’à en avoir les neurones qui saignent et me supplient d’abréger leurs souffrances. Et bien sûr, à la première occasion je retombe dans le même piège. L’inspiration est parfois trop forte, et trop fébrile en même temps. La peur de la voir s’échapper est sûrement la cause numéro 1 de mon absence de rigueur en matière de préparation du récit à écrire.

Et de votre côté, synopsis ou pas ?

La photo, elle, elle vient de là. Il paraîtrait que cette route ne finirait pas en cul-de-sac au bout du compte…

Il y aura 31 questions en tout, selon la liste suivante :

01. Qu’écrivez-vous en ce moment ?

02. Quel est le registre d’écriture (comique, tragique, horreur, humour, etc.) dans lequel vous êtes le plus à l’aise ?

03. Thé, café, jus d’orange, de carotte, chocolat chaud… buvez-vous quand vous écrivez ?

04. Vers quel genre de récit (imaginaire, polar, épistolaire) vous tournez-vous le plus naturellement, lorsqu’une idée vous vient ?

05. Avez-vous un moment privilégié pour écrire dans la journée ?

06. À quelle vitesse écrivez-vous ?

07. Qu’est-ce que vous ne pouvez vous empêcher de mettre dans vos textes ?

08. Papier-stylo ou Word-clavier ?

09. Quel thème ressort de l’ensemble de votre production écrite ?

10. Que corrigez-vous en ce moment ?

11. En tant qu’auteur (et non lecteur), préférez-vous écrire des nouvelles ou bien des romans ?

12. Avez-vous des épiphanies créatives ?

13. La question maudite : et vos tics d’écriture, pouvez-vous nous en parler ?

14. Êtes-vous auteur de fanfictions ? Si oui, quels fandoms ? Si non, pourquoi ?

15. Si l’un de vos textes venait à être publié, et à avoir un succès fou, verriez-vous les fanfictions inspirées de votre récit d’un bon œil ?

16. Pouvez-vous écrire plusieurs textes à la fois ?

17. Avez-vous des bêta-lecteurs « attitrés » ?

18. Lorsque vous écrivez, écoutez-vous de la musique ?

19. Pouvez-vous écrire partout ?

20. Est-ce que vos lectures influencent votre manière d’écrire ?

21. Êtes-vous du genre à partir d’une idée, écrire, et prévoir le scénario en chemin, ou à tout planifier avant de commencer l’écriture, même si par la suite vous devez dévier de votre synopsis ?

22. L’endroit le plus insolite où vous avez eu une idée géniale qu’il vous était impossible de noter ?

23. Lorsque vous écrivez, revenez-vous sur vos phrases pour les corriger au fur et à mesure, ou êtes-vous plutôt du genre à ne pas revenir en arrière tant que l’inspiration est là ?

24. Écrivez vous « porte ouverte » (en montrant tout au fur et à mesure à vos lecteurs), ou « porte fermée » (en ne montrant rien tant que le point final n’a pas été posé, et la relecture effectuée) ?

25. Avez-vous un planning d’écriture où vous échelonnez votre production à venir ?

26. En moyenne, combien de fois revenez-vous sur un texte pour le corriger ?

27. Avez-vous déjà participé à un NaNoWriMo (www.nanowrimo.org) ?

28. Parlez-vous de ce que vous écrivez à vos proches et amis non écrivant ?

29. Bêta-lisez-vous ? Si oui, cela influence-t-il votre manière d’écrire ? Si non, pourquoi ?

30. Quel a été votre premier texte abouti ?

31. Qu’écrivez-vous en ce moment ? (c’est la même question que la 01, mais votre réponse est peut-être différente…)

Le tag mème permettra de toutes les retrouver facilement ! Et encore mieux : la catégorie Mème de l’écriture 2011 !

ATs : retour aux affaires

Hop, le moment est venu de me pencher sur les appels à textes actuellement en cours pour en sélectionner deux ou trois à planifier pour le premier trimestre 2011. Le but étant de trouver des thèmes où je pourrais dérouler mon univers de cyber-fantasy, histoire de pouvoir l’explorer à travers de courts textes avant de partir sur un projet plus ambitieux.

Pour l’instant, il y a déjà Les Celtes dans l’espace sur ma liste. Reste à la compléter…

Dans le cadre d’un numéro numérique exceptionnel des Téphramanciens, le Collectif Hydrae invite les auteurs de la sphère SFFF à écrire sur le thème des Celtes des l’espace !

Un saut dans le futur pour un peuple de légendes ! Comment s’envolent-ils, pourquoi partent-ils ? Qu’emportent-ils avec eux ? Que deviennent leurs divinités et leurs traditions ? Comment s’adaptent leurs vies, leurs rites là-haut ?

Mais… pourquoi dans le futur après tout ? Et si, il y a plusieurs siècles, en arrivant sur place, les Romains n’avaient croisé en vérité que des retardataires ?

Sous votre plume, que deviendront Stonehenge et Cernunnos par exemple, que deviendront les Celtes dans l’espace ?

Votre texte devra être assimilable à une nouvelle (pas nécessairement

NaNo 2010

C’est décidé, je me lance à ma façon dans la course annuelle à la productivité littéraire : le NaNoWriMo (lien vers Twitter, le site officiel ayant un peu de mal en ce moment). A ma façon car je ne vais pas avoir le temps et la volonté nécessaire pour viser 50 000 mots (pour souvenir, l’an passé j’avais laborieusement atteint… euh c’est trop le bordel dans mes dossiers je retrouve plus la dernière version… mais j’avais dépassé 10 000 mots).

Pour cette session 2010, ce sera encore plus modeste car si je vise la barre des 50 000 ce sera pour le nombre signes (espace compris en prime…). Pas de centralisation sur un unique projet cette fois-ci, mais de la dispersion en regroupant le total écrit (vive la clarté de mes explications, parfois je me dis que je vais finir par ne plus me comprendre moi-même). Concrètement, ça veut dire avancer dans les aventures de Klarg et dans la Larme Noire et essayer d’entamer une nouvelle pour l’AT 19 de Nocturne. Bref, essayer de profiter du train en marche pour faire redémarrer une partie de mes projets.

Allez, je m’y mets, avec le chant 39 de la Geste : L’assaut insensé !