Les enquêtes d’Ockham Stryker – 1 : La Tour Folkstrom

Les enquêtes d'Ockham Stryker - Tome 1 : La Tour FolkstromC’est la nouvelle série de Jeff Balek ! Publiée aux éditions Onlit, éditeur belge 100% numérique, qui propose des ebooks sans DRM. 🙂

Son accroche ?

Yumington 1887. Accro aux feuilles à mâcher, scientiste convaincu, excentrique à l’occasion, le jeune Ockham Stryker vient d’être libéré de ses obligations militaires après avoir parcouru les mers de l’Empire. Il rentre à Yumington pour prendre ses nouvelles fonctions d’adjoint au chef de la police. À peine débarqué, un gamin de rue lui vole son portefeuille. Cet incident anodin le met sur la piste de l’un des plus étranges complots qu’a connu la ville de Yumington.

Nous voici donc de retour à Yumington, le décor de la série testostéronée à succès, Le Waldgänger, déjà chroniquée et largement appréciée par votre serviteur. Cette fois-ci, retour dans le passé de la ville, dans un univers steampunk tout à fait réjouissant. On y suit donc Ockham Stryker, enquêteur nouvellement revenu des Indes.

Le style de Jeff Balek est toujours aussi agréable à lire, même si ce récit se prête à moins de percussion qu’un Waldgänger. Ce qui ne veut pas dire que le texte est ennuyeux, mais il faut reconnaître que le style est moins dynamique, moins efficace globalement, notamment dans la première partie du récit. Après tout, comme il s’agit une enquête, c’est tout à fait normal.

Dans la seconde moitié du récit, les choses s’accélèrent pour notre plus grand plaisir, avant l’apothéose finale. Le Yumington version steampunk est un superbe cadre, et les personnages attachants qui nous sont présentés ici donnent envie de suivre leur prochaines enquêtes dans ce décor de toute beauté.

A noter, Jeff Balek continuant à donner une dimension transmedia à son oeuvre prenant pour cadre Yumington, l’existence d’un site associé aux enquêtes d’Ockham Stryker, permettant d’explorer plus avant l’univers de la série (des liens vers des compléments ponctuent chaque fin de chapitre d’ailleurs).

Au final, un joli 16/20 sur Livraddict.

Publicités

Confessions d’un automate mangeur d’opium

Cette lecture entre dans la liste des 10 livres que je voulais lire cet été. Pour que chaque roman ait sa chronique, les retours seront aussi synthétiques que possible.

Confessions d’un automate mangeur d’opium par Fabrice Colin et Mathieu Gaborit, édité chez Le Serpent À Plumes.

L’accroche :

Paris, 1899… L’industrie, portée par la force de l’Éther, a révolutionné le monde. Le ciel bourdonne de machines volantes, les automates sont partout qui agissent au service des hommes, hommes qui communiquent entre eux par téléchromos d’un continent à un autre. Dans cette ville moderne où s’ouvre une éblouissante Exposition Universelle, une jeune comédienne, Margo, aidée de son frère psychiatre, enquête sur la mort mystérieuse de son ex-maîtresse et d’un singulier personnage créateur de robots…
Écrites à deux mains par deux jeunes auteurs incroyablement doués, ces Confessions d’un automate mangeur d’opium sont un bonheur d’imagination et de virtuosité littéraire, à découvrir au plus vite.

Encore une chouette lecture ! Roman steampunk écrit en 1999 par deux jeunes talents plein d’avenir, qui ont montré par la suite que ce n’était pas usurpé, ce fut pour moi un bon retour dans un genre vers lequel je ne me suis que peu tourné.

Certes, on pourrait reprocher un décor trop légèrement décrit (tout ce qui ne sert pas à l’intrigue est laissé de côté, alors que l’on aimerait en savoir bien plus) et des personnages qui manquent de facettes, avec des stéréotypes inévitables. Pourtant, le récit est rythmé, l’alternance des points de vue de Margo et de son frère Théo permettant d’apporter des éclairages divers sur l’intrigue. Celle-ci est assez classique (et serait directement transposable en scénario de jeu de rôle, et  je suis sûr que ce n’est pas fortuit), mais menée correctement. Le style est fluide, ce qui n’était pas évident avec une écriture à quatre mains.

Bref, un bon moment passé dans ce Paris de 1899 version uchronique, même si l’ensemble resterait perfectible. Un pur divertissement façon feuilleton d’aventure. Une bonne entrée en matière pour le lecteur souhaitant découvrir le courant Steampunk.

Ma note sur Livraddict : 8/10