Réécriture de La Larme Noire – Semaine 4

Aujourd’hui c’est vendredi et qui dit vendredi, dit bilan de la semaine pour la réécriture de La Larme Noire.

Bon, honnêtement, on va pas y aller par quatre chemins, je n’ai pas avancé depuis vendredi dernier, la faute à une charge de travail plus forte en extra-écriture. Tout ce que j’ai pu apporter c’est un nouveau découpage entre les épisodes 2 et 3, histoire de mettre un peu de tension en fin d’épisode. Et puis ça aussi :

Pour ceux qui ont pu lire la première version, c’est Brytwin qui va subir ce traitement de faveur. Trop parfaite pour être réaliste. À part ça, pas grand chose de neuf. Alors je vous donne rendez-vous vendredi prochain. D’ici-là, venez donc suivre mes gazouillis sur Twiitter.

Et comme d’habitude, s’il y a des aspects de ce travail de réécriture que vous souhaiteriez me voir développer, n’hésitez pas à demander. Ce sera un plaisir de vous répondre !

Publicités

Camp NaNoWriMo 2012

C’est fait, je me suis inscrit pour le Camp NaNoWriMo 2012. Pas encore planifié le programme de juin et d’août, mais je pense que le premier sera consacré aux épisodes 3 et 4 de La Larme Noire et pour le second, selon mon avancée, soit pour finaliser la série, soit pour enchaîner sur un nouveau projet (déjà des premières idées, j’aurais l’occasion d’en reparler). J’ajoute dans la colonne de gauche un badge avec le lien vers mon profil de campeur pour cet été.

Réécriture de La Larme Noire – Suite de la semaine 3

Cette troisième semaine commençait sous les meilleures auspices puisque la première version « officielle » de l’épisode 1 est bouclée. Elle est partie pour être soumise au regard inquisiteur des bêtas-lecteurs.

Je suis donc passé en mode relecture de ce qui va devenir le second épisode. Il va y avoir pas mal de boulot dessus aussi je pense. Parmi les points qui m’apparaissent les plus évidents à traiter :

https://twitter.com/#!/nicolasbwulf/statuses/202492529462095873

Pourquoi cela ?

Déjà parce que je crains qu’ils ne cassent la lecture en cours de route. N’oublions pas que je destine cette réécriture à la création d’un feuilleton que je proposerai pour la collection 45 min de Numeriklivres. Si dans cet épisode 2, il n’y aurait que deux passages versifiés (dont un excessivement court), je crains que les quatre que je compte dans le futur épisode 3 ne deviennent un lourd fardeau à traîner. D’autant que ce sont pour la plupart des vers pas loin de ceux d’un mirliton, avec des rimes fort pauvres, parfois à partir de noms provenant de mon monde imaginaire.

La seconde raison, ce sont les difficultés pour une mise en page efficace de la poésie sur support numérique. La taille des caractères étant variables, les manipulations pour garder un affichage toujours optimisé sont faisables, mais nécessite un travail différent selon les formats. La mise en page d’un ePub ne se fera pas de la même façon que pour un  fichier à destination du Kindle (si vous êtes intéressés pas la question, je vous renvoie à cet article de Liz Castro).

Lors de ma relecture de ma base de travail pour ce second épisode, je n’ai pas été tendre avec moi-même. Beaucoup de passages m’apparaissent incohérents, que ce soit dans les événements évoqués ou dans le comportement de certains personnages.

https://twitter.com/#!/nicolasbwulf/status/203235474515570688

Et petit rappel de mon pseudo-live tweet d’hier soir :

https://twitter.com/#!/nicolasbwulf/status/203241719234445313

https://twitter.com/#!/nicolasbwulf/status/203245497505427456

https://twitter.com/#!/nicolasbwulf/status/203251676201758722

https://twitter.com/#!/nicolasbwulf/status/203259330961743872

Pour les prochains moments du genre, suivez donc le tag #LTrelecture.

Et comme d’habitude, s’il y a des aspects de ce travail de réécriture que vous souhaiteriez me voir développer, n’hésitez pas à demander. Ce sera un plaisir de vous répondre !

PS : Non, on ne sent pas du tout que j’ai découvert récemment la fonction Twitter Blackbird Pie de WordPress…

Réécriture de La Larme Noire – Début de la semaine 3

Et voilà ! Cette troisième semaine s’entame de la meilleure façon possible avec la conclusion d’une première version de l’épisode 1. J’ai réussi à reprendre en main ma situation qui s’était un peu compliquée. Disons que je suis satisfait, même s’il y aura certainement des retouches à faire.

Pour donner quelques chiffres : 1 prologue, 19 chapitres, près de 18 000 mots. Le titre provisoire de ce premier épisode est Départs. Maintenant, il est entre les mains des bêta-lecteurs.

Pour la suite de la semaine, je vais travailler sur le découpage de l’épisode 2, peut-être aussi du 3. On en reparle dans quelques jours pour faire le point ?

Et puis, s’il y a des aspects de ce travail de réécriture que vous souhaiteriez me voir développer, n’hésitez pas à demander. Ce sera un plaisir de vous répondre !

Réécriture de La Larme Noire – semaine 2

Je vais essayer de faire des bilans hebdomadaires de mes avancées correctives.

Cette semaine est moins glorieuse que la précédente. À mettre sur le compte du retour au boulot après quelques jours de vacances ? Y a sûrement un peu de ça. Sûrement de la mauvaise surprise en prime. Je ne m’attendais certainement pas à une telle résistance des derniers mini-chapitres. Trop de points qui ne me satisfont pas et qui me retardent.

Je n’aime pas les situations que je décris en chapitres 16 et 17. Il y a des incohérences (bah ouais, un groupe de 14 personnages, dont une partie est armée, avec leurs paquetages, ça passe facilement inaperçu hein ! ), des mauvaises utilisations d’éléments extérieurs qui encombrent inutilement le récit (pourquoi faire intervenir une créature fantastique, même de la taille d’un chat là où une simple missive pourrait suffire ?).

Bref, je ne suis pas content de moi au terme de cette seconde semaine. Là je devrais préparer le découpage des chapitres de l’épisode 2, mais le 1 n’est même pas bouclé. J’enragerais presque.

J’avais promis de répondre à vos questions, alors voici la première, posée par Florent Lenhardt :

A titre personnel j’ai souvent eu le problème, après diverses relectures successives et en particulier quand de nouvelles scènes sont écrites de 0, d’harmoniser le style des passages les plus anciens avec les inédits. Comment tu t’en sors, est-ce que c’est (très/assez) difficile pour toi ou le fait que le changement de style général soit un objectif rend les choses plus faciles ?

Là, je commence à me retrouver nez à nez avec le début des difficultés liées à certains choix nouveaux. Par exemple, dans la version initiale, cinq personnages partaient au début de l’histoire. Après réflexion, je ne trouvais pas que c’était cohérent. Notamment parce que trois chevaliers sont dans le lot. Ils partaient sans escorte. Première erreur. Ce n’était pas logique. Ça ne m’a pas gêné. Mais j’ai adjoint d’autres personnages qui se rendent au même endroit. Si bien qu’ils se retrouvent à une douzaine au moment où ils arrivaient à éviter discrètement les patrouilles. Du coup, difficulté car il me faut repenser ce passage pour un plus grand nombre de personnages.

Harmoniser le style n’est pas si difficile par contre, car je réécris quasiment chaque phrase au fil de mon avancée. Du coup, je pense que les petits ajustements se font naturellement. Accessoirement, le style m’a paru pour le moment plus proche de ce que je voulais que dans mon souvenir. Beaucoup de phrases relativement courtes au final. Donc le travail de ce point de vue se passe bien pour l’instant.

Après, je galère surtout avec les côtés trop naïfs qui ne cadrent pas avec le texte et, surtout surtout, avec le simple fait de devoir effectuer les changements dans un récit qui me colle trop à la peau avec toutes ces années passées dessus. M’en détacher est dur et les modifications ne sont pas toujours si substantielles que ça, même s’il y en a déjà quelques unes, mais qui ne bouleversent pas l’intrigue elle-même.

Les vraies scènes écrites depuis zéro viendront surtout par la suite. Là c’était plus alléger le début du récit, supprimer le name dropping inutile, mettre en place la suppression des nains, elfes, orques.

Voilà, j’espère que ça répond à tes questions. 😉

S’il y a des aspects de ce travail de réécriture que vous souhaiteriez me voir développer comme je viens de le faire, n’hésitez pas à demander !

Réécriture de La Larme Noire – semaine 1

Je vais essayer de faire des bilans hebdomadaires de mes avancées correctives. Cette semaine, grosse dose de motivation pour me plonger enfin dans la réécriture à proprement parler de La Larme Noire. Jusqu’à présent, j’avais surtout fait du redécoupage et réfléchi à divers éléments du récit. Seul le prologue avait été réécrit, ainsi qu’une scène sur laquelle je suis encore revenu hier.

En ce moment, c’est donc le premier épisode qui m’occupe. Pour ceux qui ont suivi l’aventure depuis le 27 juillet 2005, date de la mise en ligne du prologue de la première version du roman, qui s’intitulait alors L’éclat de Miriel Ithil (souvenirs, souvenirs…), cet épisode regroupe les réécritures du prologue et des chapitres 1 à 3. L’ordre des scènes a été revu, notamment pour mixer celles des chapitres 2 et 3. Vingt parties sont prévues (et je viens de voir que la version que j’avais mise en ligne en comptait aussi vingt, ça s’appelle de la cohérence) pour cette entrée en matière. Sachant qu’il y en avait eu 121 sur la version en ligne.  Je ne suis pas au bout de mes peines.

J’arrive à la partie 14 après le prologue et à 13 684 mots. Une bonne avancée. J’espère atteindre le bout de cet épisode en milieu de semaine prochaine pour le soumettre à l’inquisition de quelques bêta-lecteurs. J’enchaînerai par une réflexion sur le découpage des épisodes 2 et 3 en attendant leurs retours.

S’il y a des aspects de ce travail de réécriture que vous souhaiteriez me voir développer, n’hésitez pas à demander !

Renommer : mais quelle galère !

Non mais franchement. Quelles idées saugrenues de ma part. Non seulement je veux supprimer les Nains et les orques (et les Elfes qu’on ne voit pas mais dont on parle), ce qui n’est déjà pas une mince affaire, mais en plus je me suis entiché de l’idée de vouloir changer certains noms du récit.

Alors je tâte le terrain, cherche à rebaptiser certains lieux et personnages (Leodburg, Dunburg ne me convenant plus, tout comme les noms à consonances Tolkien). Et franchement je rame. De même pour les nouveaux noms des royaumes, reprendre la situation géopolitique trop simpliste, sans pour autant trop la complexifier.

Bref, c’est un peu la galère. Peut-être essayer d’avancer sans m’occuper des noms pour le moment, après tout c’est rapide à remplacer dans un fichier. Par contre pour mes peuples clichés et l’aspect politique, c’est plus délicat… Courage ! Peut-être l’épisode un retouché d’ici la fin de la semaine, ce qui serait très encourageant pour la suite !

Réécriture de La Larme Noire : pour quoi ?

Pourquoi réécrire La Larme Noire ? Pourquoi vouloir lui donner une nouvelle chance ? Et sous quelle forme ?

Ses personnages me manquent. Baldwulf et Brytwin, bien sûr, mais aussi Durnor, Hildor, Deorman, Hückar et tous les autres. J’ai envie qu’ils continuent de vivre, même si pour l’instant ce ne sont pas de nouvelles aventures. Rendre leur existence moins bancale et lui faire gagner en homogénéité. Plus j’avance dans la relecture, plus je me rends compte de la naïveté du style par moment, de sa lourdeur bien trop souvent, mais surtout de la naïveté de certaines scènes ou répliques. Je ne perds pas de vus que la première moitié à été écrite il y a une bonne dizaine d’années, que les bases ont été posées quand j’étais adolescent.

J’ai aussi longtemps voulu que ce récit soit un roman alors que, j’en ai pris conscience il y a quelques semaines, je l’ai conçu tout du long comme une websérie (au moins à partir du chapitre 6). Il m’a paru naturel de focaliser ma réécriture sur un feuilleton et non sur un roman.A priori, il devrait y avoir 6 épisodes au final, mais je n’ai rien arrêté encore. Cela pourrait être 5 ou 7. Tout dépendra de comment avance la réécriture, des nouvelles situations intéressantes à explorer qui se mettent en place, et de celles fort dispensables qui disparaîtront de la version actuelle.

Avec le recul, je me dis que ce récit a du potentiel et je regrette de l’avoir négligé pendant une longue année alors qu’il y avait matière à travailler dessus. Au moins, j’ai gagné un peu de distance pour le contempler d’un regard neuf et sans concession.

Pour le moment, c’est l’épisode 1 qui est en plein chantier. Il regroupera en théorie le prologue, les chapitres 1 et 2, peut-être le 3, selon les développements qui viendront. Le prologue a grossi de 320 mots, la réécriture nouvelle de ce qui correspond au début du chapitre 1 fait 500 mots. C’est ce premier épisode qui va être le plus délicat à écrire : non seulement il devra accrocher le lecteur (mais aussi l’éditeur), mais en plus la base de travail est franchement mauvaise, la partie la plus niaise à mon sens et la plus chargée en name dropping inutile. Il va falloir couper par-ci, rallonger par-là. Et je m’éclate par anticipation !

Cette série (on en vient à mon but ultime), quand elle sera réécrite, relue, corrigée, je la proposerai ensuite à Numeriklivres, pour sa collection 45 min.  À moi de faire des aventures épiques de Baldwulf et ses compagnons un récit haletant au possible pour lui donner toutes ses chances d’être publié dans l’année.

Début de relecture

J’ai commencé la semaine passée la relecture de La Larme Noire, étape préalable à sa réécriture. Je le savais, mais j’ai eu la confirmation qu’il y aurait un travail très lourd sur le texte. Il suffit de jeter un œil à mes tweets en direct de ma redécouverte des chapitres 1 et 2 :

On voit que c’est un sacré retour sur terre qui s’ensuit. Mais le recul est là, avec plusieurs années écoulées depuis l’écriture du début du roman. Beaucoup de pistes pour reprendre tout cela, le moderniser surtout et laisser de côté les influences trop prégnantes.

Et je ne peux résister à l’envie de livrer l’exemple de name dropping évoqué dans le dernier tweet ce-dessus :

Va falloir bosser dur, mais avec le plaisir d’aboutir ce récit qui le mérite vraiment !

100 fois tu remettras sur le métier

La Larme Noire, anciennement L’éclat de Miriel Ithil, et moi, vous le savez, c’est une trèèèèèès longue histoire d’amour. Plus de 15 ans de vie commune, un récit qui fait partie intégrante de ce que je suis, des personnages qui ont marché à mes côtés pendant plus de la moitié de mon existence.

J’en ai vu de toutes les couleurs avec cette saga. Failli l’abandonner en cours de route, avant d’avoir l’illumination qui m’avait permis d’y apporter un point final. Du coup, toutes ces époques et phases d’écriture en font quand même un sacré patchwork stylistique. Mes aventures des dernières années, vous pouvez les retrouver sur l’ancienne version du blog, avant que je ne les rapatrie ici (sûrement sous la forme d’un bel epub).

À compter de ce jour, La Larme Noire n’est plus accessible sur Feedbooks (où elle atteignait les 2600 téléchargements depuis mai 2011).

Ma mission ? Rendre éditable cette saga de fantasy car j’en ai follement l’envie. Je souhaite apporter une belle conclusion à cette merveilleuse aventure d’écriture. Alors il va falloir retoucher, couper, ajouter, réécrire, corriger. Remettre une fois de plus sur le métier ce texte déjà tant remanié au fil des années ! Mais avec un nouveau but.