Ray’s Day 2014 : c’est parti !

Edit du 25 août : Le Ray’s Day est terminé pour cette année, avec deux jours de prolongation pour les propres textes. Désormais les liens ne sont plus accessibles, mais les textes que j’avais proposés vont continuer à vivre naturellement. À commencer par La Larme Noire dont je vais poursuivre la réécriture dans les mois qui viennent. On se donne rendez-vous le 22 août 2015 pour un second Ray’s Day ?

Et voilà, c’est le grand jour du Ray’s Day ! Comme promis, je vous offre aujourd’hui de la lecture (les textes seront disponibles jusqu’à dimanche).

Je commence par l’inédit Âme en Peine, une nouvelle fantastique que je considère comme fondamentale dans mon parcours d’écrivain car elle m’a permis, en le poussant à son paroxysme, de développer la part la plus hyperbolique de mon style.

À télécharger : en epub (toutes liseuses et tablettes) | en mobi (pour Kindle) | en PDF

À l’occasion de ce premier Ray’s Day, je remets également à disposition les textes proposés sur Feedbooks jusqu’à récemment encore. L’occasion de redécouvrir notamment les nouvelles introduisant mon univers de fantasy cybernétiques : Anima, et surtout An Anaon et La Traque. Le tout complété par une nouvelle de light fantasy, Entre-mondes, une fanfic dans l’univers de Lancedragon, Une histoire de… kender ? et un recueil de poèmes. Cliquez sur les couvertures pour les télécharger gratuitement sur Feedbooks.

couv-animacouv-anaoncouv-latraque18643

new-couv-kender

Et puis bien sûr, le fabuleux bonus que représente la version de travail de La Larme Noire et dont je parlais hier ! L’occasion de (re)découvrir ce roman de fantasy qui lors de sa publication en épisodes a fait les beaux jours des diverses incarnations de ce blog et qui avait connu un nombre flatteur de téléchargements (pour combien de lectures au final ?) sur Feedbooks.

couverture-larmenoire

À télécharger : en epub (toutes liseuses et tablettes) | en mobi (pour Kindle) | en PDF

N’hésitez pas à me transmettre vos sentiments sur les textes que vous aurez lus (en commentaire de cet article ou via la page Contact de ce site par exemple), à partager cet article pour que vos amis puissent les découvrir et à vous rendre sur le site du Ray’s Day pour parcourir les diverses participations à l’occasion de cette grande célébration de la lecture !

Publicités

Le 22 août, fêtons la lecture avec le Ray’s Day

banniere-ebook-1024x293À l’initiative de Neil Jomunsi, le 22 août prochain sera une journée à célébrer la lecture, les lecteurs et les auteurs. La lecture sous toutes ses formes. Pourquoi cette date ? Parce que c’est celle qui célèbre la naissance d’un grand amoureux des livres qui nous a quitté il y a un peu plus de deux ans : Ray Bradbury.

À mon tour, j’ai aussi proposé ma participation à cette belle journée dédiée à la lecture en mettant plusieurs textes à disposition durant cette journée.

Déjà les six textes que j’avais mis en ligne sur Feedbooks par le passé : les nouvelles Une histoire de… kender ? ; Entre-Mondes ; Anima ; An Anaon et La Traque ; ainsi que le recueil Poèmes mythologiques.

Et puis vous pourrez télécharger ici-même une nouvelle inédite dans sa version retravaillée : Âme en peine. Elle sera disponible en epub et en mobi. J’en profite d’ailleurs pour vous livrer en exclusivité (mondiale !) sa couverture.

couv-ame-en-peine

Les participations seront très diverses, et sont déjà nombreuses (voir cette page du site du Ray’s Day, actualisée au fil des jours). N’hésitez pas à découvrir tout ce qui se déroulera, et n’hésitez pas à proposer quelque chose vous aussi, que vous soyez lecteur ou auteur ! Et surtout, relayez autour de vous ce hashtag et cette date :

hashtag-date-1024x562

Bannières du Ray’s Day par Neil Jomunsi,
sous licence Creative Commons CC-BY

Jésus contre Hitler, épisodes 1 à 3 ~ Neil Jomunsi

Le vendredi, sur les réseaux sociaux, c’est le jour de VendrediLecture, excellente initiative vous proposant de gagner des livres en partageant vos lectures. Alors quel meilleur jour dans la semaine pour vous parler de mes dernières lectures (pas toujours les plus récentes) ?

Cette semaine, je vais vous présenter une série que j’ai lue lors de la seconde moitié de 2012 et dont j’ai parlé régulièrement sur ce blog sans jamais la chroniquer : Jésus contre Hitler, écrite par Neil Jomunsi (à qui l’on doit notamment La Bilbliothèque Infernale et Menu Cthulhu, les deux Livres dont Vous Êtes le Héros qui ont remis le genre au goût du jour dans l’édition numérique, ainsi que Moi Bobby Bébé Zombie). 3 épisodes sont parus à ce jour et constituent la première saison de cette série publiée par Walrus.

Épisode 1 : Zombies nazis en Sibérie

jesus-contre-hitler-01Sibérie, fin des années 60. Grâce à la magie noire, le sinistre Adolf Hitler est de retour, plus dément que jamais. Son plan? Ressusciter le plus de cadavres possible et constituer une armée de zombies nazis invincibles! Pour certains, il s’agirait de la Fin du Monde. Pour d’autres, c’est simplement le début d’une nouvelle journée de travail. Car John J. Christ, chef de l’Agence B, connait bien le problème: il a plus d’une fois affronté le petit moustachu hystérique et sait comment déjouer ses plans démoniaques.

À l’aide de son nouveau coéquipier David Goldstein, qui se demande bien pourquoi on a absolument tenu à l’incorporer dans cette unité délirante, John va faire ce qu’il sait faire de mieux: botter les fesses des créatures de cauchemar, des monstres des abysses, des esprits frappeurs et autres méchants en tout genre. Ha oui, on ne vous avait pas dit? John J. Christ n’est autre que Jésus, le seul, le vrai, l’unique. Et il est en colère.

Vous l’aurez compris, ce n’est pas un récit qui va se prendre au sérieux. Et ça fait du bien ! C’est bien écrit, ça va vite, très vite. Une ambiance de série B assumée, avec des dialogues qui font mouche et des personnages bien campés. Ce premier épisode est l’occasion de poser les bases de la série, de faire connaissance avec l’Agence B, David, John et même un certain “petit moustachu hystérique”. L’occasion de rappeler que l’on peut rire de tout.

L’action est au rendez-vous et la part belle est réservée à l’humour… noir bien entendu ! Une lecture à ne surtout pas prendre au premier degré (de toute façon comment pourrait-on le faire ?) et rien ne vous retiendra de découvrir cette série, puisque ce premier épisode délirant est GRATUIT ! Et puis ce final… Bref, on en redemande et ça tombe bien pour ceux qui découvrirait aujourd’hui car il y a encore 2 épisodes derrière.

Épisode 2 : Tentacules en folie

jesus-contre-hitler-02Vous connaissez Cthulhu ? Pour vous, il ne s’agit peut-être que d’une création imaginaire de H.P. Lovecraft. Mais John J. Christ, lui, le connait bien : c’est une vieille connaissance. Alors, lorsque le démoniaque dieu poulpe décide de se réveiller pour semer la terreur sur la planète, il faut agir et vite ! David Goldstein, le fidèle bras droit de John, ne le sait que trop bien: depuis peu, les rêves du militaire sont peuplés de créatures de cauchemar. Y aurait-il un lien avec l’Apocalypse à tentacules en préparation ? C’est ce que nos deux comparses découvriront. Mais pour mener à bien cette mission, il leur faudra de l’aide. De l’aide hautement qualifiée…

Ce deuxième épisode c’est, comment dire… mon préféré des 3 ! Déjà pour le sujet, le ton employé et pour les idées qui foisonnent dedans (cette aide “hautement qualifiée” et son environnement, j’adore). On y retrouve la sauce cocktail au bon goût de série B du premier épisode, mais en plus développé, prenant un peu plus le temps de poser les choses. Il faut dire que ce second épisode est deux fois plus long que le premier.

Là aussi on dévore le récit sans se prendre la tête, toujours accompagné par l’humour pas toujours du meilleur goût, mais tellement délectable, inhérent à ce type d’histoire. Il va sans dire que si le premier épisode vous avait convaincu, celui-ci vous confirmera votre attachement à la série. Sinon, cette autre façon d’aborder le conflit entre Jésus et Hitler (car on se doute qu’il finira par faire son apparition), respectant malgré ses délires l’esprit des récits lovecraftiens (dont Neil est un grand fan), pourra vous accrocher. Surtout que dans mon souvenir (lu en octobre dernier, ça commence à dater), il y avait un peu moins de passages nawak dans cet épisode-ci.

Bref, on continue à en redemander et ça tombe bien parce que…

Épisode 3 : Heil Yéti !

jesus-contre-hitler-03Le Tibet est une terre pleine de mystères et Lhassa — sa capitale — une ville qui renferme de lourds secrets. Et c’est un véritable nid de vipères qui attend John J. Christ et David Goldstein à leur arrivée: il leur faudra aussi bien composer avec les troupes chinoises qu’avec des créatures beaucoup plus coriaces… et poilues! Car ici, au pied des imposantes montagnes de l’Himalaya, le Yéti n’est pas qu’une vieille légende servie aux touristes en mal de sensations fortes.

Le troisième épisode des aventures de John J. Christ et David Goldstein entraîne nos héros sur les traces d’une conspiration ésotérique dont les conséquences pourraient bien être catastrophiques. Et il va de soi que lorsqu’il est question d’Apocalypse, Adolf Hitler n’est jamais loin. Les deux hommes d’action de l’Agence B devront déjouer tous les pièges tendus, éviter les embûches et les cadavres, jusqu’au final à couper le souffle!

Nouvelle Apocalypse en vue ! Et cette fois-ci, c’est au Tibet que John et David vont devoir se rendre. La série ne fait que se bonifier au fil des épisodes (même si comme dit plus haut, je garde ma préférence pour Tentacules en folie) et celui-ci montre une meilleure maîtrise encore du récit. On se rapproche dans l’esprit d’un bon vieux Indiana Jones (un mix entre les Aventuriers de l’Arche Perdue – la partie au Népal – et le Temple Maudit), à la sauce Neil Jomunsi. Là encore, j’ai senti une sorte d’hommage à ces films d’aventure fantastique derrière le texte, sans pour autant sombrer dans le pastiche, loin de là.

L’humour reste naturellement omniprésent, certaines rencontres étant destinées à devenir culte ! Et la présentation de l’éditeur ne nous ment pas en annonçant un “final à couper le souffle”. Il l’est littéralement. Un sacré final, qui nous fait attendre la seconde saison avec une impatience non feinte.

Au bilan, une série comme on aimerait en voir plus souvent, mêlant pulp et série B, hyper référencée, un pur moment de bonheur geek. De quoi se détendre, tonifier ses zygomatiques et cesser de réfléchir le temps d’une lecture, en se laissant porter par les aventures épiques des deux agents de l’Agence B !

Comment, vous n’êtes pas déjà en train de télécharger le premier épisode gratuit ?

En ce vendredi plein de Follow Friday sur Twitter, je vous invite à suivre Neil Jomunsi /@NeilJomunsi et Walrus /@studiowalrus qui publie cette série géniale.

Et vous, que lisez-vous en ce vendredi ? Partagez donc votre lecture sur les réseaux sociaux dans le cadre de VendrediLecture !

Trois lectures 100% numériques

Le vendredi, sur les réseaux sociaux, c’est le jour de VendrediLecture, excellente initiative vous proposant de gagner des livres en partageant vos lectures. Alors quel meilleur jour dans la semaine pour vous parler de mes dernières lectures (pas toujours les plus récentes) ?

Pour cette deuxième édition, ce sera du 100% numérique avec du légendaire, du bébé zombie et encore du zombie (mais pas que…).

Mélanie au Crépuscule ~ Sozuka Sun

melanie-au-crepuscule-sozuka-sunLa vie n’est pas facile pour Mélanie.

Pourtant, celle de la petite Crépuscule est pire : bannie du Jardin des Dieux à cause d’une sombre prophétie.

Mais quand deux destins contrariés s’entrechoquent, il en ressort parfois quelques éclats de talent !

Voici ma première lecture de Sozuka Sun, sympathique auteur de SFFF rencontré sur Twitter.

Cette nouvelle, l’auteur me l’a gentiment offerte. Ceci étant posé, je peux vous donner mon avis en toute sincérité.

J’ai bien aimé ce texte, qui mêle deux récits qui finissent par fusionner : celui de Mélanie, jeune femme souffrant de diabète et qui ne parvient pas à reprendre son corps en main, et celui de Crépuscule, exclue par les siens car une prophétie la désignait comme source de malheur pour le Jardin des Dieux. Cette partie de la nouvelle est d’ailleurs celle qui m’a le plus convaincu, elle qui est déclamée à la façon des textes mythologiques.

Une lecture agréable (avec cette conclusion !) qui me donne envie de découvrir davantage la plume de son auteur avec les autres nouvelles qu’il a publiées.

Moi Bobby Bébé Zombie ~ Neil Jomunsi

moi-booby-bebe-zombieLe petit Bobby est un bébé tout ce qu’il y a de plus bête: rien ne le prédestinait à devenir une légende.

Pourtant, terrassé par la piqure d’un moustique mutant, le voilà devenu le premier bébé zombie de l’Histoire !

Avec Papa d’abord, puis avec Maman, l’épidémie s’étend… et si la petite famille allait déjeuner en ville ?

Je savais déjà que Neil Jomunsi était un grand malade, mais là il fallait oser. Raconter une histoire construite comme un album illustré pour enfant, mais nous relatant une épidémie à la mode zombie. Je regretterais essentiellement la brièveté de l’ensemble avec seulement 22 pages en mode album illustré, donc peu de texte.

J’ai bien aimé le concept. L’ensemble s’il est sympathique, presque mignon dans cette originale vision du récit de zombie, manque quand même de contenu et est à prendre pour ce qu’il est : une expérience littéraire qui pourrait ne pas vous laisser indifférent. Malgré tout, appréciant le talent et la créativité de Neil (il faudra vraiment que je vous parle de son Jésus contre Hitler lors d’un prochain numéro des Lectures), je reste un peu sur ma faim…

Toxic – Épisode 1 : Homo-putridus ~ Stéphane Désienne

9782363761880Si seulement les morts-vivants avaient été le seul problème de l’humanité… La race humaine tente vaille que vaille de survivre au sein de poches de résistance dispersées. La Terre n’est plus qu’un vaste champ de ruines aux ressources de plus en plus rares. Pour en arriver à un tel cauchemar, notre monde aura dû affronter deux fléaux: un virus inconnu et dévastateur a d’abord décimé la population — la transformant en hordes de zombies — puis débarquèrent des étoiles ceux qui auraient pu être les sauveurs : une armada extra-terrestre. Hélas, pour ces aliens, les hommes ne sont que du bétail dont la chair est un mets des plus appréciés outre-espace… à condition qu’ils ne soient pas contaminés! Car transformés en morts-vivants, les humains n’ont plus aucune valeur. Depuis son Q.G. de Dubaï, Naakrit dirige les opérations qui feront de lui un alien riche : collecter des humains sains et en gérer l’exportation pour ses clients. Mais avant d’amasser sa fortune, il devra composer avec deux problèmes épineux: Jave, un émissaire venu surveiller son activité, et la prolifération du virus zombie qui menace ses capacités d’approvisionnement. Pendant ce temps, un groupe d’humains cherche à échapper aux zombies et aux extraterrestres. Bien malgré elle, Elaine, une infirmière au caractère bien trempée, endosse le rôle de meneur. Autour d’elle, des hommes et des femmes perdus dans un monde sans repère: Masters est un colonel de l’armée US, Alva une ex-starlette. Bruce est étudiant en biologie, et Hector un ancien dealer colombien tout juste sorti de prison. Et puis, il y a Dew. Un adolescent muet — peut-être autiste — dont personne ne sait rien. Tous sont bien décidés à reprendre le destin de leur planète en mains. Mais quel espoir peut bien guider ceux qui survivent au milieu de cet enfer ?

Wahou ! Quel pitch !

Ce premier épisode signe une bien bonne entrée en matière. J’ai beaucoup aimé la partie SF et ses potentiels enjeux. La gestion des aliens et du problème plus qu’épineux que constitue la contamination des humains est excellente, et présage du meilleur pour la suite de la série !

La partie survival-horror, si elle reste sympathique à lire, m’a moins entrainé. Au moment de lire ct épisode, j’étais un peu novice sur ce type de récit et j’avais l’impression de lire des scènes “classiques” du genre.

Avec le recul (et quelques épisodes de The Walking Dead dans les mirettes), je nuance un peu. Certaines scènes sont vraiment chouettes a posteriori car sortent un peu de l’ordinaire finalement. J’attends néanmoins plus à ce niveau pour la suite (mais je suis persuadé que l’auteur nous prépare de belles surprises en la matière). Après tout c’est un épisode d’exposition.

À noter : ce premier épisode est gratuit dans toues les librairies numériques ! Alors n’hésitez pas à découvrir. L’épisode 2 est déjà paru et attend dans ma tablette que je trouve le temps de le lire. J’entends gratter et grogner à chaque fois que je passe à proximité d’elle…

Et en ce vendredi plein de Follow Friday sur Twitter, je vous invite à suivre les auteurs de ces textes : Sozuka Sun / @sozukasun ; Neil Jomunsi /@NeilJomunsi et Stéphane Désienne / @DesienneAuteur, ainsi que Walrus /@studiowalrus qui publie Neil et Stéphane.

Et vous, que lisez-vous en ce vendredi ? Partagez donc votre lecture sur les réseaux sociaux dans le cadre de VendrediLecture !

Applications Android dédiées à la lecture : un premier test comparatif

Il y a un sujet auquel je m’intéresse énormément et dont je ne parle jamais ici : tout ce qui touche aux applications de lecture sur dispositifs portables (smartphones et tablettes), et particulièrement sur Android, puisque c’est ce dont je dispose à la maison.

Ce soir, j’avais envie de tester une fonctionnalité toute bête : la prise en charge des CSS par certaines applications. J’ai choisi d’essayer le rendu d’une simple page de titre sur Aldiko (censée être la plus au point), ASTRI-Bee (très prometteuse pour l’ePUB 3 [en], j’en reparlerai), Kobo (l’application non liée à la FNAC), Kobo by FNAC (censément la même, mais avec la possibilité d’associer son compte FNAC), Moon+ Reader, FB Reader, Mantano ebook Reader Lite et Cool Reader. J’aurais bien testé Lektz également (l’extension pour Chrome est très prometteuse), mais malheureusement elle ne fonctionne pas sur mon Nexus S (pas compatible Jelly Bean ?).

Note : Toutes les applications sont testées dans leur version gratuite.

Le verdict est sans appel. Seule la moitié de ces applications ont un rendu que je pense être celui voulu par Walrus (oui, j’ai choisi une de mes lectures les plus réjouissantes de ces dernières semaines : Tentacules en Folie, le 2e épisode de la série déjantée Jésus contre Hitler, dont il faudrait que je vous parle) : Aldiko (sans surprise), ASTRI-Bee (sans surprise aussi quand je vois le développement sur l’ePUB 3), Mantano Reader (que j’ai réinstallée pour l’occasion, je ne l’utilisais pas, préférant Aldiko) et Cool Reader (bonne surprise, je ne l’avais jamais installée celle-ci). On remarque aussi surtout que les deux applications Kobo n’affichent pas le texte de la même façon, et continueraient d’écraser les CSS (ou alors j’ai raté un réglage).

À bientôt pour de nouveaux tests ! N’hésitez pas à me dire si ça vous intéresse ou pas. N’hésitez pas non plus à me demander pour faire des comparatifs sur certaines fonctionnalités de ces applications dédiées à la lecture.

Menu Cthulhu

Il y a peu, je vous contais ma joie à la lecture d’un nouveau Livre Dont Vous Êtes le Héros, la Bibliothèque Infernale, écrit par Neil Jomunsi et édité chez Walrus. Et bien, la même équipe récidive avec cette Nouvelle Dont Vous Êtes le Héros lovecraftienne. Le pitch ?

Le plat du jour: une salade de tentacules! Dans ce mini-livre-jeu au format court, vous incarnerez un jeune employé de fast-food qui n’a rien demandé à personne, mais qui devra faire face à une menace cosmique, monstrueuse et visqueuse sortie d’une abominable dimension parallèle. Du Lovecraft dans l’air? C’est possible. Toujours est-il que vous devrez faire de votre mieux pour vous sortir de ce pétrin, et essayer de ne pas entraîner l’humanité dans votre chute!

Car autant vous prévenir tout de suite : votre mort sera inévitable ! En revanche, vous allez pouvoir expérimenter 1001 manières de passer l’arme à gauche. Recommencez cette histoire autant de fois qu’il vous plaira, faites des choix différents, empruntez les chemins de traverse… et surtout amusez-vous!

En effet, l’une des particularités du récit, c’est que peu importe le chemin suivi, à terme vous mourrez inévitablement. Mais toujours d’une façon différente ! Le récit est court (c’est une nouvelle ne l’oublions pas) et se prête excessivement bien à une recherche exhaustive de tous les cheminements possibles. Et on se retrouve face à de nombreux épilogues, eux mêmes concluant une trame différente à chaque fois. Selon vos choix, vos compagnons d’infortune ne tiendront pas le même rôle (mention spéciale à la belle jeune femme, au comportement très variable selon les branches suivies).

Comme dans la Bibliothèque Infernale, l’humour est omniprésent et le style vivant (contrairement à vous en fin de chaque tentative). Un texte d’introduction permet cette fois-ci encore de rentrer dans le récit et dans la peau du « héros » que l’on incarne.

On pourrait être chagriné par un format trop court, mais c’est à mon sens une force pour cette nouvelle. Sa longueur est parfaitement adaptée à la lecture-jeu lors d’un déplacement en transport en commun puisque le chemin le plus long doit aboutir en 15-20 minutes de lecture. Avec le plaisir maintes fois renouvelé de recommencer pour suivre les diverses intrigues possibles. Et à 0,99 € la bête, il serait dommage de se priver. Un format à qui je prédis un avenir radieux !

Menu Cthulhu

Neil Jomunsi

Walrus, 2012 – 0,99 € (sans DRM)

La Bibliothèque Infernale

Quoi de plus normal, pour un libraire, que de vivre parmi les livres? Mais il y a toutefois certaines limites à la conscience professionnelle: car lorsqu’un jour le libraire croise le chemin d’un ouvrage plutôt étrange, que le Livre en question s’avère être hautement diabolique et qu’il aspire le malheureux entre ses pages pour lui faire vivre un tourbillon d’aventures infernales, là, c’est une autre paire de manches… Vous n’aimeriez pas être à la place de ce libraire?

Malheureusement pour vous, « La Bibliothèque Infernale » est une histoire dont justement VOUS, ami lecteur, êtes le principal protagoniste! Prêt à vous lancer?

On les attendait depuis l’apparition du livre numérique : les Livres Dont Vous Êtes Le Héros (que l’on nommera affectueusement par leur petit nom LDVELH par la suite) nouvelle génération. La Bibliothèque Infernale, c’est le premier titre publié par un éditeur, en l’occurrence Walrus. Pour l’occasion, Walrus crée une nouvelle collection : la collection « Rendez-vous au 14 ».

N’y allons pas par quatre chemins, je me suis éclaté en jouant cette histoire ! Comme un fou, comme au bon vieux temps, avec un petit quelque chose de plus. Certainement cet humour qui faisait défaut à nombre des LDVELH de mon adolescence, ou bien le style utilisé, très bon, sans oublier l’univers choisi : une bibliothèque, des livres et des trouvailles à n’en plus finir ! Un caméo sympathique de liseuse au début et à la fin du récit est un bon clin d’œil au support du texte.

Tout commence par un texte d’introduction, qui prend le temps de nous plonger progressivement dans l’aventure. Ici pas besoin de décrire des règles, pas de feuille de personnage, pas de dé. L’auteur s’est fort bien débrouillé à trouver des mécanismes de substitution qui ne nuisent pas au rythme de la lecture.

Chaque étage que l’on découvre, une fois plongé dans la Bibliothèque à proprement parler, est une petite merveille d’idée, les références m’évoquant un peu, mais pas de façon aussi poussée quand même, l’imagination débridée de Fforde dans ses Thursday Next.

Je suis mort plusieurs fois (forcément), mais au moins là c’est rarement à cause d’un jet de dé traître en plein milieu d’un combat difficile. Les diverses façon de mourir sont elles aussi ingénieuses (Ah ! L’étage de métal et ses habitants ! ). Et puis, comme dans tout LDVELH qui se respecte, il y a des petites illustrations, régulièrement, de la main de l’auteur lui-même.

En résumé : si vous adoriez les LDVELH étant plus jeunes, plongez dedans sans hésiter, si vous ne connaissez pas et que vous avez envie d’une lecture ludique, bien écrite, ingénieuse, ne passez pas votre chemin, c’est du tout bon ! Cette collection démarre bien, et j’ai hâte de voir venir les prochaines parutions (d’ailleurs les soumissions sont ouvertes auprès de l’éditeur) !

La Bibliothèque Infernale

Neil Jomunsi

Walrus, 2012 – 4,99 € (sans DRM)