Patrick Rothfuss, la Fantasy et ma Larme Noire

Je lisais hier cette interview de Patrick Rothfuss [en], dans laquelle, entre autres analyses de ce qui le faisait fuir dans nombre de romans de Fantasy, il listait les cinq clichés que les
auteurs devraient éviter en Fantasy (traduction rapide par les soins de votre serviteur).

  1. Une prophétie. Je ne veux plus jamais lire un roman sur « l’être élu ».
  2. La demoiselle en détresse. J’ai connu un certain nombre de demoiselles dans ma vie. La grande majorité d’entre elle n’avait pas besoin d’un sauvetage.
  3. Des elfes avec des arcs qui vivent dans les arbres. Des nains avec des haches qui vivent dans des grottes. C’était bien quand le Tolkien le faisait, c’était il y a 60 ans. Il est temps d’aller de l’avant.
  4. Des vampires maussades. Toute sorte de vampire devrait probablement être évitée arrivé à ce point. Le genre est quelque peu dépassé.
  5. Des dragons. Comme ci-dessus.

Du coup, petit jeu amusant pour moi : prendre l’actuelle version de La Larme Noire et la comparer à cette liste, tout en voyant si mes idées de corrections étaient bonnes. Vous êtes prêts ?

  1. Une prophétie : paf, y a le Destin qui se terre à tous les coins de chapitres (en exagérant un peu), une prophétie qui parle d’Élus qui s’éveilleront pour aller contrecarrer le retour du Dark Evil One, lui-même se préparant à l’affrontement. On part mal là… Je prévoyais quand même d’atténuer cet aspect dans la réécriture.
  2. La demoiselle en détresse : Là ça va. Peu de personnages féminins dans le récit (Un tort ? Possible à redresser avec la trame ? Me paraît difficile.) Et elles ont de la ressource les bougresses ! Ce serait plutôt elles qui viendraient au secours de mes damoiseaux en détresse.
  3. Elfes blablabla, nains blablabla : Là c’est proche d’un epic fail pour la version à corriger. En plus, les elfes, on ne les voit pas du tout (donc quel intérêt à les évoquer ?) et mes nains sont… barbus et experts dans l’art de la forge. Mais heureusement, il était prévu d’éradiquer les présences, ainsi que celle des hideux et méchants orques. L’honneur était déjà sauf ! Ouf…
  4. Euh c’est quoi cette histoire de vampires ? Confusion Fantasy et bit-lit ? Si c’est pour mettre du vampire façon Ravenloft, honnêtement je ne vois pas le soucis. Je dois manquer de référence en matière de vampires en Fantasy moi…
  5. Des dragons : re-fail. J’espère juste avoir traité son cas avec suffisamment d’originalité pour donner envie à Patrick Rothfuss de lire ma Larme Noire.

Finalement, je ne m’en sors pas si mal. J’arrivais à la même analyse que lui sur ce que je ne voulais plus voir dans ce roman-feuilleton. C’est dingue non ?

Après, rien n’est figé. Peut-être que je voudrais garder mon histoire avec son bestiaire basique. Cela ne permettrait-il pas de conserver les lecteurs peu habitués à la Fantasy, mais qui ont vu sur un écran l’adaptation du Seigneur des Anneaux, de leur offrir une base connue pour se plonger plus aisément dans un nouvel univers ? Un point à explorer plus avant certainement. Tout élément de votre part sera bienvenu pour alimenter la réflexion.

Le mot de la fin, je le laisse au délecteur, puisqu’il résume très bien ma pensée :

Publicités