Applications Android dédiées à la lecture : un premier test comparatif

Il y a un sujet auquel je m’intéresse énormément et dont je ne parle jamais ici : tout ce qui touche aux applications de lecture sur dispositifs portables (smartphones et tablettes), et particulièrement sur Android, puisque c’est ce dont je dispose à la maison.

Ce soir, j’avais envie de tester une fonctionnalité toute bête : la prise en charge des CSS par certaines applications. J’ai choisi d’essayer le rendu d’une simple page de titre sur Aldiko (censée être la plus au point), ASTRI-Bee (très prometteuse pour l’ePUB 3 [en], j’en reparlerai), Kobo (l’application non liée à la FNAC), Kobo by FNAC (censément la même, mais avec la possibilité d’associer son compte FNAC), Moon+ Reader, FB Reader, Mantano ebook Reader Lite et Cool Reader. J’aurais bien testé Lektz également (l’extension pour Chrome est très prometteuse), mais malheureusement elle ne fonctionne pas sur mon Nexus S (pas compatible Jelly Bean ?).

Note : Toutes les applications sont testées dans leur version gratuite.

Le verdict est sans appel. Seule la moitié de ces applications ont un rendu que je pense être celui voulu par Walrus (oui, j’ai choisi une de mes lectures les plus réjouissantes de ces dernières semaines : Tentacules en Folie, le 2e épisode de la série déjantée Jésus contre Hitler, dont il faudrait que je vous parle) : Aldiko (sans surprise), ASTRI-Bee (sans surprise aussi quand je vois le développement sur l’ePUB 3), Mantano Reader (que j’ai réinstallée pour l’occasion, je ne l’utilisais pas, préférant Aldiko) et Cool Reader (bonne surprise, je ne l’avais jamais installée celle-ci). On remarque aussi surtout que les deux applications Kobo n’affichent pas le texte de la même façon, et continueraient d’écraser les CSS (ou alors j’ai raté un réglage).

À bientôt pour de nouveaux tests ! N’hésitez pas à me dire si ça vous intéresse ou pas. N’hésitez pas non plus à me demander pour faire des comparatifs sur certaines fonctionnalités de ces applications dédiées à la lecture.

La Traque

Un nouveau texte (écrit en 2009) à découvrir dès à présent sur Feedbooks et sur Atramenta : La Traque. Une nouvelle de cyber-fantasy qui introduit un futur personnage récurrent, Zalphée.

Dans les ombres de la Moonless City, Zalphée est en chasse. Elle traque un dénommé Jephte. Qui est-il ? Pourquoi un tel acharnement de la part de Zalphée ?

A lire et télécharger sur Feedbooks (ePUB, Kindle, PDF) ou sur Atramenta (ePUB, PDF, lecture en ligne).

Les pirates débarquent sur Numerik :)ivres

Et voilà ! C’est le grand jour !

Par-delà l’océan est disponible chez Numerik :)ivres, au prix exceptionnel de 0,99 € jusqu’à ce soir minuit, dans le cadre du #ebookfriday.

Un petit clic sur la couverture pour vous rendre dans l’eBookstore de Numerik :)ivres.

CoverPDLO-500x703.jpg

Et il y a même la possibilité de feuilleter un extrait ici : http://fr.calameo.com/read/00028813317de4b55d94c (extrait enrichi en prime, merci à Jean-François Gayrard pour tout ceci).

C’est y pas beau. 🙂

Nouvelle page de téléchargements

saga-dothiriel.jpgEt voilà, j’en parlais il y a quelques jours, la page des téléchargements a subi son lifting. J’ai été bien épaulé dans ce but par le plugin Muppet qui m’a permis de créer la page listant les textes disponibles au téléchargement.

Du coup, comme  promis, vous y trouverez la compilation aux formats ePub et Kindle (le format PDF viendra rapidement, le temps de lui offrir des dernières retouches) des aventures de Nickolah Dothiriel : Esprits Racines et Par-Delà l’Océan.

J’espère que ces deux fichiers pour liseuses donneront entière satisfaction.

La nouvelle page des textes à télécharger, renommée Textes en ligne dans la barre de menu, est disponible à l’adresse :

http://nicolasbwulf.free.fr/index.php/textes

Une histoire de flux (et aussi de DRM)

098044-black-paint-splatter-icon-social-media-logos-rss-basic.png

À la demande de Didier Bretin, je viens de rétablir les flux de syndication (RSS et Atom) en version complète, en lieu et place des versions tronquées qui étaient disponibles jusqu’à présent. Pourquoi avais-je fait ce choix ?

On pourrait raisonnablement penser qu’il s’agit déjà d’une recherche d’audience pour le blog. Un article lu depuis un agrégateur RSS, après tout, n’est pas comptabilisé en tant que visiteur sur le site (puisque le lecteur n’y vient pas). Est-ce important ? Il y a deux ou trois ans j’aurais dit « Oui », et cela avait orienté mon choix initial. Aujourd’hui ma démarche est autre, et ce qui importe, c’est que le contenu proposé ici puisse être lu.

Dans cette optique, il serait malheureux de léser les lecteurs qui préfèrent la légèreté visuelle et l’efficacité de lecture quand on suit de nombreux flux depuis leur agrégateur. Après tout, si je veux compter ces visiteurs dans mes statistiques, à moi de bosser pour proposer un contenu suscitant des réactions, c’est-à-dire des commentaires sur le blog. De plus, il ne faudrait pas non plus oublier les lecteurs en mobilité qui, à l’instar de ce que je peux faire moi-même, veulent pouvoir suivre ce qui se passe depuis leur mobile. Les applications dédiées permettent une bonne optimisation du rendu des pages. Du coup, en proposant le flux complet, je leur évité d’avoir à ouvrir une autre application (le navigateur en l’occurrence) pour lire un article sur leur mobile.

Alors pourquoi avoir hésité pour rétablir les flux complets ?

Tout simplement parce qu’un flux complet favorise une récupération rapide et intégrale du contenu du blog. Vues les mésaventures que j’ai pu connaître à deux reprises depuis son ouverture en 2005, j’ai été quelque peu frileux en voyant la demande de Didier. Et puis, j’ai un peu réfléchi et pris conscience que :

  1. A priori, il n’y a que les 10 derniers articles qui sont accessibles via les flux, et par conséquent aucun texte ;

  2. Un simple copié-collé depuis une page du blog suffit à récupérer du contenu, voire carrément l’utilisation d’un aspirateur de site, contre lesquels je n’ai pas mis de protection particulière ;

  3. Je prétends que les DRM pourrissent la vie des honnêtes acheteurs de contenus dématérialisés, et tronquer mes flux de syndication, ne serait-ce pas finalement la même chose ? Une solution qui ne sert à rien contre ceux qui cherchent à plagier et piller les créations d’autrui, alors qu’au final ils disposent de solutions leur permettant de contourner l’obstacle sans trop d’efforts (tout comme il est relativement accessible de supprimer les DRM, par exemple, d’un ebook) et que dans le même temps, c’est le lecteur qui se retrouve dans des conditions d’accès au contenu malaisées.

Exactement ce dont je me plains vis-à-vis des produits numériques verrouillés. Quand j’achète un livre numérique, j’ai envie de pouvoir le lire sur n’importe lequel de mes appareils capables de supporter les fichiers ePub. Sans installation supplémentaire, sans manipulation supplémentaire, sans verrou à contourner pour faire un usage légal de l’œuvre achetée. Pourquoi devrais-je imposer la même galère à mes lecteurs ?

D’où la libération de mes flux RSS et Atom. En cette fin de journée mondiale contre les DRM, c’est une auto-analyse bienvenue !

Banniere_export.png

Vive le contenu libérée de ses chaînes !

Backstage

En coulisses, la partie des textes en ligne est en pleine refonte, avec l’aide du plugin Muppet. Le but avoué est de pouvoir proposer plusieurs formats de téléchargement, ce que ne permet pas de façon pratique le plugin actuel. Les formats proposés seront le PDF, le ePub et le mobi (si jamais des possesseurs de Kindle souhaitent récupérer des textes ici).

textes.jpg

Reste à interfacer tout ça avec le gestionnaire de téléchargements pour continuer à compter les chargements effectués (et puis si je n’y parviens pas, est-ce finalement si important ?).

Je ne perds pas de vue non plus mon envie de proposer un export ePub, basé sur l’excellent dotEPUB, dans les prochaines semaines.

Et puis je planche aussi sur une compilation des aventures de Nickolah Dothiriel, qui sera disponible au téléchargement au lancement de la nouvelle version de la page dédiée.