Les 10 livres que vous aimeriez lire cet été ~ Été 2014

L’été approche à grands pas et comme les deux dernières années, l’heure est venue de présenter ma PàL estivale. Cette année, nouveauté : je ne vais pas me contenter de lectures papier puisque ma nouvelle liseuse (l’excellente Kobo Aura) n’a aucun problème d’écran trop photosensible et gère parfaitement la lecture en extérieur, même en plein soleil !

Bref, voici la liste des 10 pour cet été, avec notamment un revenant de l’an passé.

Au programme, de la fantasy, de la fantasy, de la fantasy, de l’inclassable, de la SF, des pirates et, forcément, des LDVELH !

Lire la suite

Publicités

Jon Shannow – Tome 3 : Pierre de Sang

jonshannow-pierredesang.jpgOn en finit avec la trilogie Jon Shannow de David Gemmell. Après un premier tome enthousiasmant et un second moins palpitant, qu’en est-il de cette conclusion ?

Alors que les Cavaliers de Jérusalem déchaînent un raz-de-marée de haine et massacrent les incroyants au nom de la paix, celui qu’on appelait l’Homme de Jérusalem a disparu depuis longtemps.

Jusqu’au jour où l’église de la vallée des Pèlerins est brûlée de fond en comble et ses fidèles assassinés. Alors un cavalier surgit de l’ombre et pourchasse les tueurs. Le loup solitaire est de retour pour combattre le mal dans un monde sans loi !

Mais le dieu qui l’attend au bout de sa route lui réserve un autre sort que la rédemption…

20 ans se sont écoulés depuis L’Ultime Sentinelle. Les Croisés et les Cavaliers de Jérusalem font régner la loi par la force, sous les ordres du Diacre. On sent d’entrée que les événements de la fin du tome précédent ont bousculé les règles bien établies de ce monde de western post-apocalyptique. Seulement voilà, l’intrigue n’est qu’un réchauffé des deux tomes précédents, mêlant une pierre draineuse d’énergie comme dans le premier et un portail par lequel provient le danger comme dans le deuxième.

Bref, pas folichon de ce point de vue, surtout que les rebondissements tombent systématiquement à plat, soit parce qu’ils étaient téléphonés, soit parce qu’ils sont trop évidents (l’épilogue étant un modèle du genre malheureusement…). L’explication sur les portails qui ne permettent pas vraiment de remonter le temps, mais seulement de basculer dans des réalités parallèles, mais en fait qui permettent quand même de traverser le temps, n’est pas des plus convaincantes. Alors quand en prime ça devient un ressort scénaristique à la fois douteux et peu surprenant, ça ne prend pas.

On retrouve les personnages de L’Ultime Sentinelle, personnages cependant moins attachants à mon goût que ceux du Loup dans l’Ombre. L’évolution de Shannow aurait pu être intéressante, mais il apparait finalement peu dans cette conclusion.

Jon Shannow : L'intégraleOn l’aura compris, j’ai trouvé ce tome décevant par un scénario trop convenu, une sensation de déjà-vu tenace tout au long de sa lecture. C’est bien dommage car le style reste toujours aussi agréable et fluide. Pas une seule lourdeur tout au long de l’intégrale de cette trilogie. Du coup, je vous conseille quand même de lire ce court cycle, mais seulement si vous trouvez l’édition spéciale à 10€ réunissant les trois tomes. Sinon, préférez vous concentrer sur le premier tome, Le Loup dans l’Ombre, qui peut se suffire à lui-même et qui a été un très bon moment de lecture, les deux suivants n’apportant pas grand chose à l’univers lui-même, avec une certaine lassitude sur la fin.

Reste un style efficace et un héros qui reste charismatique (mais, parait-il très proche des autres héros solitaires de Gemmell), qui feraient presque oublier les faiblesses dont fait preuve le scénario au fil des tomes. Une bonne lecture de vacances en somme.

Jon Shannow – Tome 2 : L’Ultime Sentinelle

jonshannow-lultimesentinelle.jpegSecond récit de David Gemmell mettant en scène Jon Shannow, le cavalier à la recherche de Jérusalem. Toujours en lecture dans l’intégrale à 10 € parue cette année pour les 10 ans de Bragelonne.

Les portes du temps ont été forcées, et un mal ancestral s’apprête à déferler sur le monde. Seul Jon Shannow, le héros légendaire, peut refermer ce portail. Mais pour ce faire, il doit trouver la célèbre Épée de Dieu.

On dit qu’elle flotte au milieu des nuages, au-dessus des terres périlleuses qui s’étendent de l’autre côté du Mur. On dit que, là-bas,
des bêtes marchent comme des hommes et vénèrent une sombre déesse. Déjà, monstres et démons se réunissent pour empêcher Jon Shannow de mener cette quête impossible. Déjà, quelque part, une femme aux cheveux d’or se met à rêver de sang…

Je l’avais évoqué dans la chronique du premier tome, cette suite apparaît d’entrée bien moins palpitante. Presque décevante au terme de la lecture. Si ce sont les personnages gravitant autour de Shannow auquel vous vous étiez attachés, vous n’en retrouverez aucun ici. Le récit en est presque totalement détaché, si ce n’est les références aux événements du premier tome et les connaissances dont Shannow dispose pour cette nouvelle aventure. La narration est trop virevoltante à mon goût, chaque chapitre étant très court (34 chapitres cette fois-ci contre 13, pour un roman un poil plus court).

L’intérêt ne réside ni dans l’intrigue (très laborieuse à se mettre totalement en place et pas franchement palpitante), ni dans l’univers lui-même (que l’on retrouve avec un grand plaisir, mais pour lequel on apprend bien peu de choses en comparaison des trouvailles, pas toujours originales mais qui avaient le mérite d’être là, du premier tome). C’est certainement l’évolution du personnages de Shannow qui rend ce volume attractif. Se sentant vieux et moins réactif, en proie au doute quant à ses actions, il dévoile des facettes un peu plus complexes de sa personnalité. Ses actes sont du coup bien moins héroïques et impressionnant que dans Le Loup dans l’Ombre.

La lecture n’est pas déplaisante, loin de là, mais après une première aventure qui tenait en haleine, avec des enjeux clairs dès le début, ici on se laisse porter par le style concis de Gemmell, mais sans vraiment s’intéresser aux événements. Et puis le final est quelque peu… tiré par les cheveux !

J’ai lu que c’était pour certains un tome de transition entre le premier et le troisième volume de la trilogie. Après trois chapitres, celui-ci semble en effet retrouver le type de narration du Loup dans l’Ombre, et l’univers retrouve davantage de consistance. A voir…

Jon Shannow – Tome 1 : Le Loup dans l’Ombre

Jon Shannow - Tome 1 : Le Loup dans l'OmbreBref compte rendu en cours de lecture de L’Intégrale de la trilogie Jon Shannow de David Gemmell. J’ai terminé hier le premier tome, Le Loup dans l’Ombre.

La Terre est sortie de son axe de rotation plongeant le monde dans un nouvel apocalypse. Petit à petit, l’humanité s’est reconstruite, mais la civilisation telle qu’on la connaissait a été remplacée par une ère de barbarie et de cruauté.
Dans le chaos ambiant, un homme solitaire en quête de rédemption est à la recherche de la ville mythique de Jérusalem. Son nom : Jon Shannow.
Pour une raison qu’il ignore, il semble avoir éveillé la colère d’Abaddon, le chef d’une gigantesque armée de fanatiques religieux, pratiquant le sacrifice humain afin d’apaiser les Pierres de Sang, morceaux d’étoiles dotés d’étranges pouvoirs.
Mais Abaddon a commis une erreur, car en voulant se débarrasser de Shannow, il a enlevé la seule personne qui compte encore aux yeux de l’errant, Donna Taybard.
Et il ne fait bon se mettre en travers de la route de celui qu’on nomme l’Homme de Jérusalem…

Comme l’indique clairement la couverture, on est dans une ambiance western, version post-apocalyptique. Pour le premier Gemmell que je lis (eh oui…), j’ai trouvé le style fluide et efficace. J’ai vu des critiques disant que c’était une des ses œuvres les moins réussies, sachant qu’il excelle dans la fantasy, j’imagine donc le plaisir qu’il doit y avoir à lire ces récits !

Jon Shannow : L'intégraleCar j’ai adoré ce premier tome. Le personnage de Jon Shannow a un caractère bien trempé et, bien que très borné, il a une personnalité à tiroirs, pas si manichéenne que cela. Et dans le genre homme qui tire plus vite que son ombre, il excelle. L’ambiance générale est assez sombre, l’auteur ne laissant guère d’espoir en décrivant dans un premier temps l’avancée inéluctable des Brigands, puis celle des Enfants de l’Enfer. Une phrase marquante de Jon Shannow pour dépeindre la vie des diverses communautés qu’il croise, après leur avoir apporté son aide :

J’ai toujours été le caillou dans la mare… J’éclabousse la surface et je fais  naître des vaguelettes autour de moi, mais ensuite ? La mare redevient comme elle était.

Autrement dit, ce qu’il fait pour essayer de libérer ces communautés de leurs oppresseurs est vain. Ce qui ne l’empêche pas de continuer.

L’univers dans lequel il évolue dévoile ses secrets au fil du récit et, bien que certaines ficelles faisant le lien entre notre temps et celui du récit soient un peu grosses, les idées sont bien traitées, à défaut d’être originales.

Une série qui démarre de façon fort agréable et dynamique, espérons que les premiers chapitres un peu moins emballant de sa suite, L’Ultime Sentinelle, retrouve vite la verve de ce récit qui peut tout à fait se lire comme un one-shot. Avec un peu de chance, votre librairie préférée disposera encore de l’édition spéciale « 10 ans de Bragelonne » à seulement 10 € pour l’intégrale de la trilogie.