Changements de paradigme

Bon ok, le titre est un peu pompeux, mais il résume quand même pas mal les derniers changements dans lesquels je me suis lancé en préparation d’une reprise de l’écriture dans les semaines ou mois qui viennent.

Première étape : renommer ce blog.

Les statistiques depuis le changement d’adresse sont catastrophiques, l’ancien blog étant mieux référencé et drainant davantage de lecteurs par le biais des moteurs de recherche. Sans parler des liens internes qui renvoie vers ses articles et non sur la version en ligne sur celui-ci (et pas envie de tout reprendre à la main article par article). Je me suis dit également que la quadruple modification revenir à mon vrai nom/changer l’adresse du blog/changer le titre du blog/changer mon avatar a peut-être créé une confusion supplémentaire, me rendant totalement anonyme sur le web. Alors exit « Nicolas Ferreira » comme titre et retour aux basiques avec « Les Nouvelles Chroniques de Noghaard », qui conserve l’idée de renouveau entamé l’an passé. Sans pour autant effacer toute trace de ce qui s’était déroulé avant.

reborn

On verra si ça a un impact sur le retour des lecteurs. Si ce n’est pas le cas, il restera toujours la possibilité de reposter tout le nouveau contenu (soit 27 articles pour le moment en comptant celui-ci) de ce blog sur l’ancien et de l’utiliser de nouveau (il y avait environ 75 abonnés dessus, et je les ai perdu en créant ce nouveau blog donc ce ne serait peut-être pas une si mauvais idée).

À défaut, je retrouve un point d’accroche avec un univers qui m’est historiquement (hum hum…) attaché. Après tout, il me reste toujours dans les cartons la réécriture sous forme de série de La Larme Noire à reprendre. Mais c’est une autre histoire, qui se réalisera certainement après avoir mené à terme un ou deux autres projets auparavant. Pas envie d’avoir l’impression d’être monomaniaque en m’acharnant toujours sur le même texte.

Deuxième étape : changer mon rapport à l’écriture.

Là il y a un réel bouleversement (enfin je pense). La lecture d’un certain nombre d’articles de Lionel Davoust, notamment celui sur les bonnes raisons de se lancer dans le NaNoWriMo, ont lancé inconsciemment une réflexion en arrière-plan sur la discipline nécessaire pour remplir ce défi consistant à écrire un roman en un tout petit mois. Et cette discipline, c’est certainement ce qui m’a toujours fait le plus fuir dans mon rapport à l’écriture. Tout ce qui nécessite de l’organisation avait tendance à me donner des boutons, et je crois que l’écriture n’y échappait pas, notamment dans la rigueur imposée par le NaNo.

Au niveau pro, j’ai pas mal travaillé sur cette organisation pour éviter de me retrouver systématiquement dans des situations où il fallait gérer tout un tas de tâches à flux tendu. Même si c’est encore perfectible, l’utilisation de to-do-lists sous forme d’une adaptation du bullet journal m’aide bien à visualiser ce qui va être à réaliser chaque jour. C’est donc la même rigueur qu’il me faudra bientôt adopter pour l’écriture. Et accepter que mener à bien un projet nécessite des contraintes. Le terme que j’employais pour justifier que non, non, non, au grand non, le NaNo n’était pas adapté à ma vision de l’écriture. Finalement, j’en viens enfin à remettre cette vision en cause.

Et le début de cette réorganisation fut simple :

Oui ce sont tous mes carnets d’écriture, la majorité restant encore vierges, bien alignés, faciles d’accès. En quoi est-ce un changement ? Avant ils étaient posés à plat, empilés les uns sur les autres, la tranche non visible car posés dans le sens de la profondeur de l’étagère. Autrement dit, c’est comme quand on ne voit pas les livres d’une bibliothèque, on ne pense pas à en saisir un et à l’ouvrir. Restera à ajouter des étiquettes sur ceux qui sont déjà en cours de travail, pour savoir quel projet s’y développe.

Et au milieu, les tirages personnels des trois seuls récits à avoir connu une certaine fin : La Larme Noire, Esprits Racines/Par-delà l’Océan et la première époque de La Geste de Klarg le Troll. Pour toujours se souvenir du plaisir d’arriver au moins au terme d’un premier jet.

Troisième étape : écrire cet article.

Eh oui, il restait à remettre un peu d’ordre dans tout ça pour clarifier ces réflexions pas vraiment révolutionnaires, mais qui m’aident à prendre conscience de ce qui m’a finalement ralenti à de nombreux moments.

Vouloir trop changer de choses sous prétexte que cela pourrait amener un nouveau départ. Refuser de voir dans l’écriture une activité exigeante si je veux en faire autre chose qu’un simple passe-temps gentillet vers lequel je me tournerais occasionnellement.

Rien de tel que de tout coucher ici, carnet dans lequel toutes mes humeurs d’apprenti auteur se réunissent depuis des années.

Est-ce que tout cela signifierait que je vais me relancer dans le NaNo cette année, mais pour une fois sans a priori négatif ? Je ne pense pas être prêt encore.

Cependant, j’ai l’impression de n’avoir jamais été aussi proche de revenir vers l’écriture.

Publicités

S’équiper

Pas de NaNoWriMo pour moi cette année encore, mais j’ai déjà eu l’occasion d’en parler plein de fois jusqu’à ma dernière tentative en 2014 (vous pourrez retrouver tout ça ici si ça vous intéresse d’en savoir plus).

Pas non plus de projet sur le grill en ce moment, et ça commence un peu à durer quand on y pense.

Pour autant, je me suis un peu projeté dernièrement en commandant deux nouveaux carnets pour écrire. Quand j’ai vu celui avec les voiliers, il m’est forcément venu des envies de retourner en mer avec l’équipage de la Dalvénia. L’idée de reprendre les aventures de Nickolah Dothiriel me trotte en tête depuis si longtemps (depuis 2011-2012 en fait, j’avais même posté le début du prologue à l’époque) qu’il faudra bien que je finisse par les coucher sur le papier.

IMG_20171117_170239

Bon, je ne vais pas me leurrer, il y a peu de chances pour que ce soit pour 2018 (déjà d’autres projets extra-écriture de prévus), mais m’y remettre dans les prochains mois ne me déplairait pas non plus. Le papier-stylo m’avait plutôt bien réussi sur certains textes, et c’est un contact que j’aimerais bien retrouver.

D’ailleurs, vous êtes plutôt papier-stylo ou écran-clavier pour stimuler votre créativité ?

NaNo 2014 : Bilan après une semaine

640px-Shibuya_Night_(HDR)

Premier bilan intermédiaire de ce NaNo décidé à la dernière minute.

Pour le moment, à peine plus de 1 000 mots. C’est pas grand chose, mais cela me permet de m’immerger dans ce projet d’une ampleur toujours aussi écrasante à chaque fois que je tente de m’y replonger. L’avantage, c’est que c’est avant tout l’occasion de faire le point sur mes idées, de réorganiser mes notes et d’en apporter de nouvelles. Les idées se développent petit à petit, et j’ai l’impression que même si je vais peu écrire en quantité et en qualité, au moins j’avancerai dans la conception en amont de cette aventure.

Enfin de ces aventures…

Pour teaser un peu, et donner une idée des proportions que risque de prendre ce LDVELH si j’en fait ce que j’imagine qu’il sera : je prévois 3 peuples donnant accès à un total de 9 personnages différents au choix du lecteur ou non, chacun avec des compétences propres et chacun avec au moins un fil narratif qui lui est spécifique (par exemple, un hacker qui pourrait exploiter les possibilités de la Matrice pour parvenir à son but tandis qu’un tueur à gages atteindrait le même but final via d’autres moyens tout à fait différents). Potentiellement, cela ferait une base de 9 aventures en une, sans compter les blocs narratifs communs à tous ou partie des personnages incarnés.

Les potentialités d’une publication numérique (auto ou non) m’amènent à ne pas me poser de limite. Si l’aventure doit atteindre 1 000, 2 000 ou 5 000 paragraphes au final, cela n’est pas problématique pour un fichier epub/mobi, du moins j’imagine que ça ne le sera pas.

J’en suis loin, très très loin, mais ça me fait plaisir de me replonger vraiment dans ce projet là, qui me semble plus viable malgré sa complexité que celui sur lequel je travaillais lors du précédent NaNo.

Je retourne bosser dessus, essayer d’écrire quelques lignes supplémentaires, ou poursuivre le développement des notes. Bref, continuer d’avancer.

Photo par Guwashi999

NaNotera ? NaNotera pas ?

En ce troisième jour de NaNoWriMo 2014, il est temps de prendre une décision…

Inutile de faire durer le suspense !

Participant-2014-Web-Banner

Pour le fun, avec un travail sans pression et sans limite minimale sur le projet de LDVELH de fantasy cybernétique qui me trotte dans la tête depuis pas mal de temps. Avoir rejoué pour la première fois depuis de nombreuses années La Planète Rebelle m’a conforté dans mon envie de voir plus de SF dans les LDVELH.

Alors même si le NaNo c’est clairement pas mon truc pour atteindre la Sainte Barre des 50 000 Mots, comme souvent je me laisse entraîner par la bonne humeur ambiante. Peut-être également que l’éventualité d’un write-in sur Rouen est un stimulant supplémentaire.

Dans tous les cas, je ne me fais pas d’illusion. Je vais avancer peu (d’autant que ce mois de novembre promet d’être chargé au niveau pro), mais j’avancerai néanmoins. Et ça, c’est formidablement priceless.

Et vous, il ressemblera à quoi votre NaNo 2014 ?

Bilan du #NaNo2013

2013-Participant-Square-ButtonLe NaNo 2013 vit ses dernières heures et c’est le grand rush pour beaucoup pour atteindre le Saint Graal des 50 000 mots. Ici ce n’était pas mon but, on le sait. Ai-je progressé depuis ce 21 novembre où je glissais que pendant 7 jours je n’avais rien écrit. Vous vous doutez de la réponse puisqu’il n’y a pas eu de nouveau bilan depuis.

C’est donc avec un total de 31 paragraphes sur les 100 prévus que je termine ce mois de novembre. Total atteint au 14 novembre. Et rien ensuite.

Est-ce un bilan négatif pour autant ?

Pas du tout. Certes, il m’a peut-être manqué un peu de volonté un ou deux soirs de la deuxième quinzaine, mais globalement, je pense avoir donné mon maximum. Manque d’anticipation de ma part vis-à-vis de ce mois toujours très chargé au boulot.

Pourtant, je sors très optimiste de ce « mois de l’écriture » puisque pour la première fois depuis… je ne sais même plus combien de temps, j’ai débuté un NOUVEAU projet d’écriture, partant de rien de plus que de quelques notes sur des personnages, une carte de la région à explorer et trois lignes de synopsis. Pas une réécriture ou une correction d’un texte écrit quelques années plus tôt, mais un texte tout neuf.

Et n’est-ce pas là une façon pas trop détournée de se déclarer victorieux ?

#NaNo2013 : Bilan de la semaine 1

Un peu plus d’une semaine s’est écoulée (on en est même au tiers de la route… déjà) et il est temps de faire un nouveau bilan de ma progression.

Dimanche dernier, tout était formidable puisque j’arrivais à 9 paragraphes écrits en 3 jours, soit le quota exact de là où je devais en être à ce moment.

Et puis, je n’ai pas avancé lundi, pris par le boulot, ni mardi pour la même raison, ni mercredi… ni jeudi… ni vendredi. Donc 5 jours et 15 paragraphes de retard quand fut venu le week-end (qui ne commence que le samedi après-midi dans mon cas).

Hier soir, premier relai d’écriture depuis pratiquement une semaine. Les 3 paragraphes du jour ont été écrits, et j’ai pu en enchainer 4 autres. Ce qui me laisse encore 11 paragraphes de retard.

L’arbre de l’aventure continue à s’étoffer et devient ingérable sur papier (voir ci-dessous), alors je travaille désormais avec le logiciel ZTAB (pour Ze Text Adventure game Builder), qui permet de créer ses récits interactifs sous forme de graphe et de l’exporter ensuite dans tout une diversité de format, du HTML au PDF avec liens cliquables, en passant par… le format ePub suite à ma demande à laquelle le développeur a très gentiment accéder (alors qu’il n’avait jamais entendu parler de ce format, et il est vraiment sympa ce développeur d’ailleurs). N’hésitez pas à le suivre sur Twitter et à cliquer sur « J’aime » sur la page Facebook. Si vous aussi vous écrivez des récits interactifs, je ne peux que vous conseiller ce logiciel très instinctif et efficace (et visuel, ce qui est un sacré avantage pour développer de type de récit).

nano2013-ZTAB-01

Pour le moment, j’arrive à 16 paragraphes écrits. J’espère une avancée rapide sur aujourd’hui et demain car je vais avoir plusieurs paragraphes courts à rédiger, les paragraphes d’un combat en mode narratif (comme du tour par tour où le joueur choisira à chaque tour quelle action il compte accomplir).

Je suis forcément un peu déçu de ne pas avoir mieux avancé et d’être autant en retard, mais je sais aussi que la clé sera une meilleure planification de mes relais d’écriture dans les presque trois semaines qu’il me reste encore pour attendre mon objectif de 100 paragraphes.

À savoir : je suis en train de rédiger la première branche du récit seulement, celle qui habituellement tombe dans une impasse en 2 ou 3 paragraphes maximum, puisqu’elle va à l’encontre de l’esprit du jeu. Mais j’ai envie de la développer plus que ces 2 ou 3 paragraphes pour que le lecteur-joueur soit un peu plus libre que dans la plupart des LDVELH.

Et vous, ça avance bien votre NaNo ? Vous êtes à jour ? En avance ? En retard ? Dites-moi tout !

Dernières acquisitions #2

Petit tour hier dans un dépôt-vente où je n’étais pas retourné depuis début août et je retombe sur ces 3 LDVELH que j’avais laissés de côté à l’époque, me concentrant sur d’autres séries (j’avais acquis 3 Loup Solitaire là-bas).

IMG_20131103_113350

Parmi les trois, L’Arpenteur de la Lune m’intéresse tout particulièrement car il suit les règles habituelles des Défis Fantastiques mais ajoute une règle supplémentaire que je n’avais pas encore rencontrée dans cette série : la personnalisation du héros incarné par le choix de compétences parmi une liste (comme dans les séries Loup Solitaire, Les Messagers du Temps ou Destins).

C’est un aspect qui m’intéresse tout particulièrement puisque je l’utilise dans mon LDVELH en cours d’écriture. En espérant qu’il soit bien géré…

#NaNo2013 : bilan du jour 1

imageJe ne ferai pas nécessairement de bilan quotidien de mes avancées, ce ne serait pas forcément intéressant à chaque fois. Mais pour la première journée, si déterminante d’un point de vue moral, je vais en faire un.

Le but de cette journée était simple : démarrer ce LDVELH sans être bloqué dès le premier paragraphe. Heureusement, ça s’est bien passé puisque mes trois paragraphes du jour étaient écrits suffisamment vite pour être rassuré. Seulement, et ça se voit sur la photo ci-dessus prise à la fin de ce relai, de nombreuses possibilités s’offrent d’emblée au lecteur-joueur et je sais déjà que 100 paragraphes ne suffiront pas pour ce LDVELH.

Je reste néanmoins focalisé sur ce total à la fin du mois, en écrire davantage dans ce laps de temps ne me semblant pas plausible.

Un deuxième relai hier soir m’a permis de doubler la mise et de passer à 6 paragraphes rédigés (dont un PFA – Paragraphe de Fin d’aventure – perdant, déjà). Au total, c’est plus de 1400 mots écrits, ce qui aurait fait une première journée de NaNo pratiquement dans le rythme si je visais les 50 000 mots.

Le principal est là : je m’amuse beaucoup avec cette première branche du récit, qui offrent des choix relativement inhabituels dans un LDVELH (et il y en aura d’autres).

De votre côté, ça démarre bien aussi ?