An Anaon : la fin

Pour la première fois depuis des années, je viens de terminer l’écriture d’une nouvelle. Certes il me reste encore la phase de relecture/correction à faire, mais il s’agit de celle à laquelle j’accorde le moins de temps.
Débutée le 19 septembre 2005, ma nouvelle An Anaon connaît aujourd’hui sa conclusion. Pour autant, elle m’a permis de poser les bases d’un univers particulier, avec ses mystères et ses groupuscules, et je ne pense pas abandonner celui-ci aussi facilement. Il faudra donc s’attendre à ce que d’autres nouvelles se situent dans ce décor riche en potentialités de récits.

Désormais d’autres défis m’attendent : répondre au prochain appel à textes de Solstice, dont la date butoire est le 1er février ; poursuivre deux textes inachevés (Retour dans l’Entre-Mondes et Solitude, ténèbres, dont vous pourrez suivre l’évolution dans Esquisses littéraires… a priori) ; reprendre le chapitre 8 de L’éclat de Miriel Ithil ; poursuivre l’écriture de Dulinlë.

Mais avant de me lancer dans tout cela, je me permets de savourer cet instant magique qui suit la conclusion d’un récit. Ce moment de plénitude où l’on se dit que c’est fini, mais que tout va recommencer, avec d’autres personnages, d’autres lieux, d’autres intrigues.
Et où on est heureux…

Publicités

Une réflexion sur “An Anaon : la fin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s